XS
SM
MD
LG
XL
Droit du Travail
par Arnaud Rimbert

Le 1er mai et le 8 mai 2011 tombent un dimanche. Quelles en sont les conséquences ?


Cette année est souvent qualifiée de « mauvais cru » par les salariés  puisque le 1er mai, le 8 mai mais également noël, tombent un dimanche.

Cette coincidence a t-elle des conséquences particulières ?

Si ces jours sont chômés, c’est à dire s’ils ne sont pas travaillés par les salariés, ceux-ci n’y verront aucune différence, si ce n’est qu’ils ne bénéficieront pas de deux jours de repos : ils percevront le même salaire et n’auront pas droit à un repos supplémentaire.

En effet, ce n’est que si la convention collective le prévoit que les entreprises doivent accorder un repos supplémentaire ou indemniser le salarié.  A défaut, les hasards du calendrier sont défavorables au salarié.

Si ces jours fériés sont travaillés, il faut distinguer entre le 1er mai et les deux autres jours. La loi prévoit en effet, l’obligation de payer double le salarié qui travaille le 1er mai, mais rien n’est prévu pour les autres jours fériés. Les conventions collectives peuvent prévoir une majoration de salaire ou un repos compensateur. Il convient alors de s’y référer.

Enfin, cette coincidence n’as pas d’effet sur les congés payés puisque ceux-ci sont décomptés en jours ouvrables. Aussi, si un jour férié tombe un dimanche, on décompte quand même 6 jours ouvrables pour la semaine de vacances.



Arnaud Rimbert

Avocat associé, Bordeaux

Avocat expérimenté, j'accompagne les chefs d'entreprise au quotidien pour les aider à faire face à leurs problématiques courantes concernant la gestion de leur personnel au sens large. Disponible, réactif, compétent et souriant, j'aime mon métier et l'exerce avec plaisir.

Contactez nous

Obtenez le meilleur conseil
en droit du travail pour votre entreprise

Obtenir du conseil

Confidentialité et réactivité
Nos avocats interviennent partout en France